Home /

Benoit XVI en Terre Sainte, un voyage réussi

Il ne faut pas accuser la presse de tous les maux. Dans la véritable
chasse à courre qu’elle mène à l’encontre de Benoit XVI, elle n’est pas
seule responsable. Le Pape y a grandement sa part. Il n’a pas la larme
à l’oeil pour un oui ou un non, ce qui passerait bien devant
l’objectif, il ne bat pas sa coulpe pour tout et rien, de surcroît il
est allemand, ce qui ne joue pas en sa faveur auprès de notre grande
presse.

Pire que tout, le Pape est catholique et ne transige pas, mais pire
encore, ses discours sont construits et demandent parfois plusieurs
lectures pour être correctement compris. Non, décidément, ce Pape est
trop fin et trop profond pour une presse mercantile, qui ne vit plus
que par les scandales des uns et des autres. Une “bonne” information
doit être marquante, rapide et simpl(ist)e pour être comprise au plus
vite du plus grand nombre. Il n’alimente pas son fond de commerce, il
n’est pas coopératif, sa voix est douce et il ne fait jamais de grands
gestes…

Le voyage en Israël de Benoit XVI est un parfait exemple de ce
traitement de l’information. Pour celui qui n’aurait pas été informé de
cela, le Pape est allemand, il avait été enrôlé (de force, c’est une
évidence) dans les jeunesse hitlérienne, il a fait un discours à
Ratisbonne qui a fâché (à tort, on le verra) l’ensemble des musulmans,
il a levé l’excommunication (parmi d’autres traditionalistes, à leur
demande, mais pas particulièrement à celle de Williamsson qui fut sommé
de se dédire…) d’un évêque négationiste et tout cela ne pouvait
manquer de peser dans la balance médiatique, durant ce pèlerinage
papale.

Ce faisant, le traitement de cette information aurait pu faire passer
le lecteur à côté d’un grand voyage, parsemé de paroles de paix et de
rapprochement  entre diverses religions. 

Tout cela est à la fois drôle (et pour nous, tragique en même temps) du
fait que cette façon de la traiter était à la fois partiale et
incomplète, sans être totalement injuste, même si elle met totalement
de côté certains sens du voyage du Pape, et notamment tout l’aspect de
soutien moral à une communauté chrétienne en très grande difficulté
dans cette partie du monde, eux qui y sont présents depuis si longtemps.

C’est d’ailleurs ce que le Pape a fait, en soutenant les chrétiens de
terre sainte, en les appelant à persévérer et en les encourageant, tout
en visitant divers lieux, tous plus marquant les uns que les autres. La
situation était délicate, car c’est un environnement hostile qui les
pousse à émigrer, ce sont les tensions entre les religions qui leur
font une existence si difficile, dans certains pays. Le dialogue
interreligieux s’y imposait d’autant plus qu’il est évident que cela
est nécessaire.

Mais néanmoins la presse n’a pas tout à fait tort, car il fut question
du discours de Ratisbonne en Jordanie à travers le prince Ghazi, dans un discours inédit
et respectueux, très bien senti : “Je reçois en vous le pape Benoît
XVI, vous dont le pontificat est caractérisé par le courage moral
d’agir et de parler selon votre conscience, indépendamment des modes du
moment, vous qui êtes aussi un maître théologien chrétien, auteur
d’encycliques historiques sur les belles vertus cardinales de l’amour
et de l’espérance, vous qui avez réintroduit la Messe traditionnelle en
latin pour ceux qui le souhaitent et avez en même temps fait du
dialogue interreligieux et intrareligieux la priorité de votre
pontificat, pour répandre la bonne volonté et la compréhension entre
toutes les populations de la terre.”

En effet, le discours de Ratisbonne
avait été le déclencheur d’un véritable dialogue entre des
intellectuels musulmans et le Vatican, un dialogue fertile qui a posé
Benoit XVI et certains intellectuels musulmans comme de vrais
interlocuteurs. En Jordanie, Benoit XVI a reparlé des thèmes de
Ratisbonne, tandis que le prince Ghazi défendait les valeurs de
l’islam. Au cours de son discours, le prince qui a aussi évoqué les
bienfaits du forum, lequel, “en
se basant sur le Saint Coran et sur la Sainte Bible, a reconnu la
primauté de l’amour de Dieu et de l’amour du prochain à la fois dans le
christianisme et dans l’islam
“.

La presse n’a pas eu tout à fait tort de soulever que le pape a “fait
partie” des jeunesses hitlérienne et qu’il a connu le nazisme dans son
pays natal, ce qui transparait dans ses discours, lorsqu’il dénonce ce
type d’idéologie “sans Dieu”. A Yad vaShem, c’était un pape qui
s’exprimait, mais un pape qui avait lui aussi souffert de la terrible
idéologie nationale-socialiste, dans son passé et dans sa culture. Dans
son discours, il a su donner une dimension universelle et un sens à la
tragédie vécue par les déportés juifs, à la véritable déshumanisation
qu’ils ont vécue. Ce n’est pas pour rien qu’il a évoqué leurs “noms”.

Mais le pape est allemand, et l’on aurait voulu qu’il batte sa coulpe
jusqu’au sang, dans un pays qui doit en partie son existence à la
tragédie qui s’est déroulée durant la dernière guerre mondiale. Le
Rabbin Israel Meir Lau s’est dit déçu,
tout en reconnaissant la beauté du discours. Il aurait souhaité plus
d’émotion. Mais il faudra que tout le monde s’y fasse : Benoit XVI est
le pape de la raison. Il a toutefois appelé au souvenir des victimes du
nazisme. Les déportés juifs ne sont plus, mais leur sacrifice ne doit
pas rester vain…

Face au Palestinien, seul le pape pouvait à la fois soutenir la
création d’un Etat palestinien dans des frontières reconnues, condamner
le mur érigé par le gouvernement israélien et appeler en même temps les
palestiniens à renoncer au terrorisme, ainsi qu’à instruire de
nouvelles générations pour un gouvernement futur, en paix avec ses
voisins. Il n’avait pas négligé auparavant de rencontrer les parents du
soldat Gilad Shalit, cet israelien détenu depuis 2006 par le Hamas…

Passons sur la diatribe anti-israelienne prononcé par un immam durant
une conférence, d’autres images sont plus parlantes et témoignent d’une
entente particulère entre divers intervenants politiques et religieux,
notamment cette intervention, où l’on voit le pape, main dans la main
avec un rabin et un imam.

Le voyage du pape est-il une réussite? Les résultats sont mitigés. Pour
les chrétiens, c’est une certitude, mais parmi les autres communautés,
les extrémistes n’ont pas toujours bien accueilli les discours du pape,
orientés sur une entente entre les communautés. Peu importe d’ailleurs,
car des bases nouvelles ont été posées, celles d’un respect réciproque
entre diverses communautés.

On a pu dire que le pape manque de charisme. Et pourtant, avec sa
démarche pleine d’humilité, avec sa voix douce et posée, son visage
sérieux, mais qui sait s’illuminer, lorsqu’il rencontre des enfants
dans quelque partie du monde que cela soit, le pape impose toujours sa
marque, sans consessions, sans faux-semblant, et avec sa propre
personnalité. L’on retiendra peut-être son discours de départ et de remerciement pour l’accueil qui lui a été fait.

Toujours est-il que ce voyage, miné au départ par une situation politique très tendu, est une véritable réussite…

Le site “Eucharistie miséricordieuse” est incontournable pour le voyage Apostolique du Pape, il réunit, notamment, tous ses discours.

 http://www.come4news.com/benoit-xvi-en-terre-sainte,-un-voyage-reussi-783528

Share: